Contre verification

LA SANTE SEXUELLE ET REPRODUCTIVE

AMIS DE LA JUSTICE, ADJ en partenariat avec CORDAID a mise en œuvre le projet SANTE SEXUELLE  ET REPRODUCTIVE POUR LES GENERATIONS FUTURES. Ce programme a  eu pour objectif  l’améliorer des services de santé sexuelle et reproductive pour la prochaine génération dans  quatre zones de santé du sud Kivu à savoir : Walungu, Miti Murhesa, Katana et Idjwi. Entre  autres approches utilisées pour l’ augmentation de la demande PF, il y a la conscientisation communautaire.

sur
La troupe théâtrale, les leaders locaux s’impliquent dans la sensibilisation sur la SSR. Des séances de sensibilisation de masse sont planifiées et tenues dans les zones d’intervention.  Elles regroupent plusieurs personnes. Ces séances sont précédées par des annonces médiatisées à la radio Maendeleo et localement les médias, les paroisses et autres canaux de communication dans les communautés pour informer la population de la tenue des activités. La population s’exprime librement, pas des sujets tabous et des témoignages sont recueillis, surtout auprès des jeunes filles sont émouvants. La plus part des participants à cette sensibilisation de masse sont des jeunes. Les questions sur les effets secondaires des contraceptifs modernes sont aussi discutées publiquement. Des Mesures incitatives pour les couples dans les zones de santé de :
Miti-Murhesa, Katana, Walungu et Idjwi. Mutualisation des couples sous la PF moderne à longue durée dans les  zones de sante de Miti-Murhesa, Katana, Walungu et Idjwi. Supervision des activités sur le terrai

La mutualisation des couples qui ont accepté les méthodes de planification familiale modernes est l’une des approches 100% ADJ en vue pérenniser les acquis des formations reçus. Elle consiste en un partage des individus ou groupe d’individus, des informations et outils de sensibilisation sur la PF de manière à optimiser l’accès aux ressources et leur rentabilité en vue d’améliorer la Santé Sexuelle et Reproductive dans le milieu de vie.

A l’occasion de la supervision des activités de terrain un outil de renforcement de la capacité des PRECODESA au niveau communautaire est utilisé. Les visites de terrain ne se limitent pas seulement au suivi de la mobilisation communautaire faite par des Pairs éducateurs mâles autour de la Santé Sexuelle et Reproductive, mais aussi des visites des centres de santé ainsi que le centre de santé maternelle et infantile pour se rassurer des couples référés.

Les pairs éducateurs se réunissent  2 fois par mois dont celle de l’aire de santé ou ne doivent se rencontrer que les pairs éducateurs de cette entité sanitaire. Un rapport mensuel doit être compilé au cours de cette réunion par le PRECODESA qui est d’avance le chef d’équipe des pairs éducateurs et remis à l’IT avant la fin du mois en cours. La 2ème réunion qui regroupe les pairs éducateurs de l’axe, constitué par plus de 3 aires de santé géographiquement définies et délimitées par l’équipe cadre de la Zone de Santé, doit avoir lieu dans le 48h après la précédente.

Ces rencontres permettent d’analyser les résultats obtenus, les points forts et faibles afin d’arrêter les recommandations pour améliorer les activités SSR.

Globalement les difficultés relevées par les pairs éducateurs et notées dans leurs PV sont les suivantes :

  • Faible disponibilité des intrants PF surtout ceux préférés par les demandeurs de service ;
  • La démotivation des pairs éducateurs suite au transport de 05$ (cinq dollars américains) leur remis par mois;
  • Contre campagne de la SSR/PF par certains acteurs locaux ;
  • Les femmes éprouvent des difficultés de prendre une décision sur leur santé sexuelle ;
  • Les hommes sont très réticents ou moins intéressé d’accompagner leurs femmes pour s’informer ou demander les services SSR.


L’objectif de la sensibilisation  dans  le programme SSR est de référer  les  couples  qui  acceptent une des méthodes PF à une formation sanitaire.  17069 cas  sensibilisés ont été référés par les pairs éducateurs et sont arrivés dans les structures sanitaires. Le constat est que dans les zones d’intervention,  les hommes constituent toujours un obstacle pour la planification familiale en particulier et la SSR en général. Leur implication est très faible et considère tout sujet PF/SSR comme une affaire des femmes, un tabou, un passe-temps. Néanmoins, le fait que nous ayons atteint 65,7% de la cible  témoigne que certains hommes acceptent d’accompagner leurs femmes dans les structures sanitaires pour demander un service SSR. Une avancée progressive puisque jadis, aucun homme ne pourrait accepter de « se laisser faire ou se laisser dominer par une femme » comme ils le témoignent eux même. Etant donné que le changement de comportement est un processus, avec le temps, il est possible d’améliorer s sensiblement la Santé  sexuelle  et reproductive dans les Zones d’intervention.

Quelques difficultés ont été rencontrées et celles-ci ont  influencé  négativement à la demande du service PF ; il s’agit notamment de :

  • Indisponibilité des intrants PF dans les structures sanitaires alors que la demande est manifeste ;
  • Niveau scolaire bas de la population et surtout les femmes qui ne savent pas convaincre leurs conjoints;
  • Absence de pouvoir de décision des femmes: elles sont soumises à la volonté des hommes et ne sont pas en mesure de prendre les décisions importantes en  SSR.
  • Certains couples demandent les biens matériels avant d’adhérer à une des méthodes PF.

L’implication d’autres partenaires a  été  un atout  majeur du programme SSR. Une fois le mois, naturellement chaque dernier jeudi du mois, l’équipe d’AMIS DE LA JUSTICE  participe à une réunion des partenariats sur la santé de la reproduction organisée par la Division Provinciale de la Santé sous la coordination du Programme National de la Santé de la Reproduction (PNSR). Nos  équipes participent aussi aux réunions de conseil de gestion et de conseil d’administration dans les 4 zones de santé où nous intervenons. L’organisation est  membre des organisations de la société civile de la province du Sud Kivu, et à ce titre participe  aux réunions organisées par cette structure citoyenne dans laquelle les échanges fructueux sont faits pour non seulement la collaboration des organisations membres mais aussi pour contribuer au développement de la société. D’autres partenaires locaux comme le coccus de femmes, femmes au phone (radio Maendeleo) et les associations partenaires à ADJ constituent aussi des Plates forme  des échanges sur les questions  de Santé Sexuelle  et Reproductive.

One Reply to “LA SANTE SEXUELLE ET REPRODUCTIVE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *