Autonomisation de la femme

L’AUTONOMISATION DE LA FEMME

AMIS  DE LA JUSTICE  est partenaire dans le projet MAWE TATU dont CARE INTERNATIONAL tiens  le lead. Mawe Tatu est un concept swahili qui se traduit par trois cailloux. CARE INTERNATIONAL a choisi ce nom de projet pour illustrer la physique de laisser tomber trois cailloux dans un étang pour représenter les interventions liées avec les femmes, les hommes et les jeunes comme composantes principales de la société. Comme les cailloux tombent, ils ont l’effet immédiat de déplacer l’eau. Chaque caillou crée également des ondulations qui se propagent et interagissent avec celles des autres cailloux, dans l’espace et le temps. C’est une métaphore qui exprime, respectivement, les effets à court et à moyen terme du projet ainsi que l’impact à long terme qui se traduira par des effets synergiques des interventions de Mawe Tatu.

Le projet est mise en œuvre par un consortium de 3 organisations complémentaires et spécialisées, qui apportent leur expertise technique, expérience et engagement avec des réseaux locaux pour maximiser l’impact. Les responsabilités des organisations sont définies en fonction des résultats (outcomes).CARE et ADJ sont responsables de l’outcome 1, soit la composante relative  à l’autonomisation des femmes et COMEN est responsable de l’outcome 2 lié au composant engagement des hommes dans la lutte contre les VBG visant une masculinité positive et une paternité responsable. Swiss TPH est chargé du suivi et évaluation, l’interprétation et l’analyse des informations générées par le projet.

La présente activité concerne la composante d’autonomisation de la femme et vise le renforcement de capacité des membres des AVEC dans le but de renforcer leur capacité d’agir moyennant de connaissances dans divers domaines.

L’approche VSLA/AVEC :

Une Association Villageoise d’Epargne et de Crédit (AVEC) est un groupe de 15 à 25 personnes qui ensemble mettent de côté de l’argent et font de petits emprunts à partir de ces épargnes. Les activités des AVEC fonctionnent par « cycles » d’une année environ, au bout desquels les épargnes accumulées et les bénéfices tirés des prêts sont répartis entre les membres proportionnellement au montant qu’ils ont épargné.

Les AVEC sont gérés par ses membres. L’équipe du programme et les Agents Villageois forment les membres, mais ils ne géreront jamais les AVEC, n’écriront jamais dans les carnets de compte et ne toucheront jamais à l’argent appartenant aux membres.

Les AVEC sont formés par les Agents de terrain (personnel rémunéré du programme) ou par les Agents Villageois (qui perçoivent des honoraires de l’AVEC pour les formations). Les Agents Villageois sont des membres de l’AVEC qui ont été reconnus comme ayant les compétences nécessaires pour former les autres et pour créer d’autres ’AVEC. Le rôle des AV sont de :

  • Assister les AVEC qu’ils ont formées quand elles souhaitent de l’assistance entre les cycles (répartition des fonds, modification de la composition des membres, révision de la constitution, élections)
  • Dispenser des recyclages
  • Assister dans la résolution de conflits
  • A long terme, ils peuvent fournir une gamme de produits financiers formels en tant qu’agents (de compagnies d’assurance, banques, sociétés de service de transfert, etc.)

Le premier cycle de l’AVEC est constitué par un cycle de formation et de supervision de 36 semaines. Pendant ce premier cycle, les Associations se réunissent chaque semaine. A la fin du premier cycle, les AVEC certifiées se répartiront les épargnes et bénéfices chaque année.

Les membres épargnent en achetant entre 1 et 5 parts à chaque réunion. La valeur d’une part est décidée par l’AVEC au début de chaque cycle. A chaque réunion, tous les membres ont le droit d’acheter entre 1 et 5 parts. La valeur d’une part est fixée au début de chaque cycle d’une année et ne pourra être modifiée en cours de cycle.

Les membres peuvent décider d’avoir une Caisse de Solidarité qui sert à accorder de petites subventions quand des membres sont en situation de détresse. Cette caisse est obligatoire pendant le premier cycle mais optionnelle dans les cycles suivants.

Les Fonds de Crédit comprennent l’argent des parts et les bénéfices tirés des prêts (à partir des frais de service).

Les membres ont le droit d’emprunter jusqu’à un maximum de 3 fois la valeur de leurs épargnes.

Les frais de service pour prêts sont déterminés par les membres au début du cycle. Ils ne peuvent être modifiés au cours de cycle.

Les prêts sont obtenus et remboursés une fois toutes les 4 semaines. Tous les prêts doivent être remboursés dans un délai maximal de 12 semaines pendant le premier cycle.

Toutes les transactions de l’AVEC sont réalisées devant les membres au cours des réunions. En vue de garantir que des transactions n’ont pas lieu en dehors des réunions de l’Association, l’argent et les carnets de compte sont gardés dans une caisse fermée par trois cadenas. Les trois clés sont détenues par trois membres de l’Association qui ne font pas partie du Comité de Gestion.

Le but principal de la caisse est de garantir qu’aucune transaction n’est réalisée en dehors des réunions de l’Association plutôt que d’en prévenir le vol par des personnes étrangères à l’Association. Le vol de la caisse par des personnes étrangères à l’Association est très rare.

Chaque membre possède un carnet de compte. L’achat de parts est enregistré en utilisant un tampon en caoutchouc. Les prêts sont enregistrés sur le dos du carnet de compte. Les soldes de la Caisse de Crédit et de la Caisse de Solidarité sont enregistrées par le Secrétaire et mémorisés par tous les membres à chaque réunion.

Les carnets de compte sont enfermés dans la caisse entre les réunions. Cette mesure est très importante car elle permet de prévenir la falsification des enregistrements des parts achetées par les membres.

L’Association Villageoise d’épargne  et de crédit comporte un Comité de Gestion composé de cinq personnes élues pour un cycle (environ un an). Les Associations élaborent également un règlement intérieur qui contient les règlements de l’Association pour la Caisse de Solidarité, les achats de parts et les prêts. Chaque membre représente une voix  dans l’élection du Comité de Gestion et l’élaboration du règlement intérieur. Les AVECs doivent s’assurer que ses membres connaissent par cœur les articles de base du règlement intérieur.

A la fin de chaque cycle annuel, tout prêt en souffrance est recouvré et le Fonds de Crédit est réparti. Le Fonds de Crédit (qui inclut les bénéfices tirés des prêts) est divisé par le nombre total de parts d’épargne achetés par les membres pendant le cycle afin de calculer la valeur  d’une part. Chaque membre reçoit ensuite sa portion de fonds selon le nombre de parts qu’il a achetées.

Les femmes regroupés dans les associations villageoise d’épargne et de crédit se donnent des petits crédits rotatifs qui leur ont permis de commencer des activités génératrices de revenues. C’est ainsi que certaines d’entre elles s sont regroupées pour faire de l’élevage, l’agriculture, l’artisanat, ainsi que le petit commerce transfrontalier entre le Rwanda et la RDC.

Le cycle des associations villageoise d’épargne et de crédit se termine par le partage de l’épargne et des intérêts cumuler au prorata des contributions des membres. La joie est grande comme on peut le voir dans l’AVEC « MAMA TUENDELEYE » de MULUME MUNENE au Sud – Kivu.

Les femmes travaillent en étroite collaboration avec l’autorité. A l’occasion de la journée du 08 Mars 2018, les femmes présentent directement leurs doléances au Gouverneur de la Province du Sud – Kivu.

ÉCHANGE D’EXPÉRIENCE AVEC DE LA R.D.C. ET CELLES DU BURUNDI.

Une séance de danse folklorique mixte de la délégation de la RDC et la délégation du BURUNDI

Une séance a été tenue le 15 Mai 2019, avec les femmes entrepreneurs de différentes collines de la Province de Ngozi sur leurs initiatives d’entreprenariats pour la transformation des produits agricoles dont les échantillons étaient sur place, quelques femmes ont présentées leurs expériences en terme des bénéfices reçus grâce aux AVEC suivi de la présentation des jeunes et des questions ont été posées sur la source des revenus des ces activités mais faute de temps les délégués de la RDC n’ont pas eu le temps suffisant de présenter leurs activités de la RDC car il fallait retourner a Bujumbura le même j

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *