Autonomisation de la femme

GOMA

Goma est une ville de l’Est de la République démocratique du Congo. Située à environ d’altitude dans la vallée du Rift, Goma est le chef-lieu de la province du Nord-Kivu. La ville est bâtie en bordure et au nord du lac Kivu sur les anciennes coulées de lave issues de la chaîne volcanique de Virunga, et principalement sur celles du volcan Nyiragongo qui la domine de près de à plus au nord. En 2002, lors de sa dernière éruption, la lave a dévalé sur Goma et ravagé le quartier commerçant.

La ville de Goma est divisée en 2 communes, elles-mêmes divisées en 6 et 7 quartiers administratifs :                                                                                                   1°) Goma (commune) :Himbi1, Himbi 2, Kyeshero, les volcans, Mapendo, Mikeno, Lac-Vert  ;                                                                                                        2°) Karisimbi : KahembeKatoyiMajengoMabanga-Nord, Mabanga-Sud, Kasika, MuraraNdoshoMugungaBujovuKatindo.

La majorité de la population vit dans la pauvreté. C’est dans ce cadre que grâce au projet Mawe tatu, Amis de la Justice (ADJ asbl) grâce au financement de l’ambassade Néerlandais via Care International a pu changer la vie des milliers d’habitants de cette ville les mamans dans les Associations Villageoises d’Epargne et de Crédit (AVEC) dans ses deux zones de santé à savoir :                               1°) Zone de santé de Goma : Aires de santé de Kyeshero, carmel et mapendo ; 2°) Zone de santé de Karisimbi : Aires de santé de Virunga, Hébron et Bujovu. En terme de Résultat : Au cours de la période allant d’avril 2016 à février 2019 : 222 AVEC ont été mises en place composées de 5809 personnes dont 872 hommes et 4937 femmes, 11 cercles d’alphabétisation et appui matériel de 13 Activités Génératrices des Revenu (AGR) des femmes membres des VSLA.

La ville de Goma est une Ville qui regorge des potentiels commerciaux et touristiques.  Malgré cela, elle traverse une situation socio-économique difficile, après les 10 dernières années de guerres.  Les groupes armés étrangers et ceux à connotation ethnique alimentent les conflits, poussant des villageois à l’exode, des tueries etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *