Autonomisation de la femme

NYIRAGONGO

Le territoire de NYIRAGONGO est situé dans la Province du Nord Kivu. Il s’étend  sur 333 Km² et la taille estimée  de la population est de 145.748 habitants. (Source: Bureau Central de la Zone de Santé de NYIRAGONGO, février 2016).

Dans la zone de santé  de NYIRAGONGO, AMIS DE LA JUSTICE intervient dans l’air de Santé de KANYARUCHINYA, TURUNGA et KIBATI.
La position géographique de la Zone à savoir juste au Nord de la ville de GOMA, commune de KARISIMBI le transforme progressivement en une banlieue de la ville avec une opportunité d’urbanisation. 

L’eau est une denrée rare dans ce territoire qui n’a ni source ni cours d’eau. Ce qui rends  le commerce de l’eau une opportunité pour certains, alors que la population en majorité se contente  de l’eau de pluie quand il y en a.

La zone est surplombée par les plus  grands volcans  de la RDC, à savoir Karisimbi (4506 m) et Mikeno (4437 m) endormis, Nyiragongo (3470 m) et Nyamulagira (3056 m) actifs. Ces volcans  constituent un danger pour la population en cas d’éruption, mais sont surtout des opportunités pour tous les business liés au  tourisme qui peuvent profiter indirectement à la population.

Le  sol volcanique est très riche en nutriment ce qui permet une variété des cultures qui sont écoulées dans la ville de GOMA.

Avec les crédits  obtenus  par les femmes dans les AVEC, 70% l’ont utilisé dans l’Agriculture, 20% dans l’élevage, et 10% dans le petit  Commerce, 15 % dans l’art et métier.

Pour encourager les initiales CARE INTERNATIONAL a soutenu une savonnerie et deux ateliers  de couture, initiatives des femmes membres des AVEC, avec des machines, des outils et des intrants. 

Après plusieurs guerres en répétition à l’Est de la République Démocratique du Congo entre  les FARDC, les forces armées étrangères, les rebelles Mai-Mai et les FDLR,  la situation sécuritaire dans le Territoire de Nyiragongo est moins bonne. Il est important de signaler la persistance des FDLR et  des groupes armées  Mai Mai dans le Parc National de Virunga, forêt qui est aux alentours des villages de ce territoire.                                            

 A part les cas de pillages et tueries faites les nuits par les personnes armées non autrement identifiées, plusieurs autres cas d’insécurités sont à signaler. Parmi lesquels, il y a les cas de Kidnappings, qui est une pratique qui consiste à enlever et emporter une personne à un endroit inconnu en conditionnant sa libération par une rançons. Ces situations sont vécues principalement dans les aires de santé (villages)  Rusayo 1, Rusayo 2, Mutaho, kibati, Muja, Mugunga, Kibumba, Kanyaruchinya et Turunga.        

 Dans la majorité de ces villages, les populations  n’ont pas encore regagnés à 100% dans leurs milieux de vie suite aux ces cas d’assassinats, kidnappings, incendies et pillage des biens des paisibles citoyens.

Cet insécurité a beaucoup impacté négatif sur le suivi et supervision des activités du projet Mawe tatu par les Agents de Terrain, le Technical Officer ainsi que sur la récolte des données dans les AVEC par les Agents Villageois et les membres des comités des RAVEC dans ces deux territoires.  

Durant deux décennies consécutives, l’économie de la province du Nord-Kivu a été mise à mal  et plus particulièrement celle du territoire de Nyiragongo. Cette économie a été caractérisée par des problèmes de gouvernance, des guerres à répétition, des conflits fonciers, des catastrophes naturelles (éruptions volcaniques), les pillages et l’exploitation illégale des ressources naturelles aggravée par de décisions économiques incohérentes conduisant à un bilan social catastrophique.

La population du territoire de Nyiragongo, quoique enclavées, sont dotées des ressources naturelles et environnementales abondantes et variées qui, lorsque bien exploitées et bien gérées, peuvent les aider à se redresser des ravages causés par des années de conflits et de mauvaise gestion qui les ont fait perdre d’énormes gains de progrès, les convertissant ainsi en provinces pauvres.

C’est dans ce cadre que grâce au projet Mawe tatu, Amis de la Justice grâce au financement de l’ambassade Néerlandais via Care International a pu changer la vie des milliers d’habitants de ce territoire en groupant les mamans dans les Associations Villageoises d’Epargne et de Crédit.

Les résultats suivant ont été atteint au cours de la période allant d’avril 2016 à février 2019 : 152 AVEC mises en place composées de 4011 personnes dont 595 hommes et 3416 femmes, 8 cercles d’alphabétisation et appui matériel de trois Activités Génératrices des Revenu (AGR) des femmes membres des VSLA parmi lesquelles nous avons la fabrication des paniers, l’atelier de coupe-couture et la savonnerie.

CORONAVIRUS ET IMPACT SUR LES AVEC de NYIRAGONGO au Nord Kivu.

1°) Au sein des ménages .

Les membres des ménages sont perplexes, surtout qu’ils viennent fraichement de subir le virus Ebola. Ils ne savent pas se confiner à leurs domiciles respectifs car ils vivent au taux du jour.

  • Faible accès à l’eau potable de manière permanente pour le lavage des mains dans les zones de santé de Goma et Karisimbi,
  • Ressources limités pour se procurer les laves mains, savons et désinfectants, cash-nez etc. ;
  • Absence des robinets/Points d’eau dans les aires de santé où nous intervenons dans le territoire de Nyiragongo (Kanyaruchinya, Kibati, Muja, Turunga, Rusayo, etc. ;
  • Certains membres des communautés prennent à la légère la gravité de la pandémie et croient que c’est du business de l’homme blanc.
  • Famine et chômage due à la suspension des beaucoup d’activités ;

2°) Sur le marché

Il y a hausse du prix des biens de première nécessité, plus particulièrement des denrées alimentaires depuis l’annonce de la présidence de la République portant mesures à observer durant cette lourde période de pandémie due au Covid-19.

Exemple : – un sac de farine(25kg) de maïs est passé de 16$ à 20 voir 22$ américains ;

                -Un kg de farine de manioc est passé de 600 à 1000FC,

                -Un sac de farine de bleu (de froment) de 25kg est passé de 17,5 à 24$.

                -Insuffisance et souvent manque des légumes, tomates, viande, haricot, riz, sucre, savon, pomme de terre, oignons sur les marchés due à la fermeture des frontières des pays voisins : Rwanda et Ouganda) ;                                                                             – Un sachet de sel est passé de 500 à 1000FC.

                – Une mesure de haricot qui se vendait à 1400Fc est passée à 2500FC voir 3000FC dans certains marchés et dans les prochains jours.

3°) Dans la mise en œuvre .

Dans l’objectif de contribuer à la riposte contre la pandémie due au Covid-19, nous avons résolu de suspendre les activités communautaires (réunions des VSLA, cercles d’alphabétisation, Dialogues communautaires, etc.).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *