Actualités

Visite d’ échange d’expérience des Femmes membres des Associations Villageoises d’ épargne et de credit de la RDC au Burundi.

Visite de l’ usine de fabrication des aliments au BURUNDI, par les delégués MAWE TATU , de la RDC. Au milieux Madame Chance MPALIRWA, cheffe de programme AMIS DE LA JUSTICE .
Visite des membres des AVEC MAWE TATU à la coopérative de NGOZI.

Ngozi est une ville située dans la province de Ngozi , l’une des 18 provinces du pays au nord du Burundi. La province de Ngozi comprend 9 communes, dont celle de Gashikanwa qui a fait objet de la visite de la délégation en provenance de la RDC.

Après avoir présenté les civilités à l’autorité communale, les femmes membres des AVEC de la RDC ont échangé avec les femmes membres de VSLA et gestionnaire de l’usine de transformation des produits agricoles et les jeunes femmes membres des VSLA qui font des AGR. A l’occasion de la visite de la Coopérative de valorisation des produits agricoles par les femmes, COVAPAF en sigle, les femmes gestionnaires de cette usine de transformation des produits agricoles nous ont partagé leur expérience de vie montrant clairement la valeur ajoutée de l’autonomisation de la femme à travers les VSLA . Ces femmes ont été en mesure d’acheter les lopins de terre et d’y construire une maison, initier des AGR individuelles et d’émerger…

Dans les VSLA ces femmes ont bénéficié des diverses formations qui leur permettent d’améliorer leur savoir, savoir-faire et savoir être. Les thèmes abordés Voici quelques thèmes de formation : SSR, droits humains, résolution des conflits, cohabitation pacifique, entreprenariat, connexion aux microfinances, transformations des produits agricoles (pour les femmes leaders des collines)

Sketch organisé par Les hommes engagés à Gitega au BURUNDI.

Entretien avec le réseau national des abatanga mucho : à travers un sketch, les abatanga mucho nous ont fait comprendre leur rôle dans la lutte contre les VSBG. Dans les échanges[ , ces hommes, porteurs de la lumière aux autres, nous ont donné la généalogie de ce mouvement, leur collaboration avec les autorités dans la sensibilisation contre les VSBG ; ils nous ont expliqué qu’ils travaillent toujours en couple et sensibilisent la communauté en couple aussi ; ils se basent sur l’outil du genre transformatif pour suivre les hommes dans le processus de changement de comportement. Le réseau de abatanga mucho fonctionne comme une ASBL. Ils utilisent les sensibilisations de masse (sketch, débat…) pour détecter les hommes qui seront accompagnés. Leur cursus est de 6 mois


Séance de danse de socialisation à GITEGA , entre la délégation de la RDC conduite par ADJ et ceux du BURUNDI.

 [

Délégation du Programme MAWE TATU à GITEGA, au BURUNDI , pour la visite d’ échange d’ expérience sur l’ approche de mise en oeuvre des droits de la femme.

La province de Gitega est l’une des 18 provinces du Burundi. Elle possède onze communes parmi lesquelles Giheta, qui avait fait objet de notre visite.

Dans ce site la délégation de MAWE TATU a visité le bureau communal de Giheta, où elle a eu un entretien avec un conseiller communal mais aussi avec les groupes Abatanga mucho et les femmes leaders de cette contrée.

  • L’entretien avec le représentant de l’autorité communale de Giheta, a été combiné avec celui des femmes leaders, élues chefs de collines. Il a été axé sur les points suivants :
  • L’implication de l’autorité locale dans la lutte contre les VSBG, l’appui pour la participation de la femme aux instances de prise de décision : le représentant de l’autorité communale nous a expliqué que sa commune est engagée dans la lutte contre les VSBG, pratiquement, elle fait la vulgarisation de la nouvelle loi sur les VBG, elle s’appuie sur les Abatanga mucho pour faire des sensibilisations dans diverses collines afin d’éveiller la conscience des hommes en cette matière, elle se force d’appliquer la loi en vigueur en matière des VSBG pour décourager la récidive. Pour montrer l’engagement de l’autorité locale, le réseau des Abatanga mucho ont reçu une parcelle gratuitement où ils ont érigé leur bureau pour la coordination des activités au niveau communal. L’autorité nous a partagé que parmi les causes de la recrudescence des VSBG figurent : la mauvaise foi de l’homme, l’alcoolisme et les coutumes rétrogrades. La commune aussi a réduit les frais de régularisation de mariages civils pour encourager les couples à le faire couplée par la vulgarisation des lois sur les VSBG .  En ce qui est de l’appui pour la participation de la femme aux instances de prise de décision, l’autorité communale a affirmé qu’ils respectent la constitution qui exige un minimum de 30% de femmes dans les institutions pour les postes nominatifs ; pour les postes électifs, l’autorité appui la campagne « élire et se faire élire » pour encourager les femmes à participer activement au processus électoral.

Madame Chance MPALIRWA, la cheffe de Programme de AMIS DE LA JUSTICE, supervise les Plans d’ affaires des femmes membres des AVEC.

AMIS DE LA JUSTICE , encourage les femmes membres des ASSOCIATIONS VILLAGEOISES D’ÉPARGNE ET DE CRÉDIT à initier avec les crédits q’ elles se donnent des Activités génératrices des revenus résultantes de leurs Plans d’ affaires. Outre l’agriculture et l » élevage où les femmes rurales développent leurs affaires , il y a également l’artisanat qui leur permet de dégager un revenu afin d’améliorer le quotidien de toute la famille.

Rencontre entre les membres des RAVEC et la banque Centrale de la RDC

Les membres des réseaux des associations villageoise d’épargne et de crédit sollicitant un appui technique de la banque centrale de la RDC pour une formalisation de leurs activités.

Le staff féminin de ADJ à l’occasion de la journée mondiale de la femme 2019

Avec un personnel à 85% féminin AMIS DE LA JUSTICE a célébré la journée mondiale de femme 2019 sous les thèmes : « penser d’une manière égale, construire intelligemment, innover pour le changement » et le thème national de la RDC : « Ensemble promouvoir la paix, la sécurité et le Genre par l’accès aux services publics de qualité»


Les activités génératrice des revenues : une résultante de l’approche VSL

Les épargnes des femmes membres des associations villageoises d’épargne et des crédits ont servis à créer les activités génératrices des revenues(Agriculture, Coupe couture, Élevage et Artisanat ) .

ÉCHANGE D’EXPÉRIENCE AVEC LES ASSOCIATIONS VILLAGEOISES D’ ÉPARGNE ET DE CRÉDIT DU BURUNDI.

Dans les procédures de cloture du Projet MAWE TATU les femmes membres des AVEC de l’ EST de la RDC appuyées par CARE INTERNATIONAL , l’Equipe du Nord Kivu et du Nord Kivu de CARE et des ses partenaires dont ADJ pour le volet Autonomisation de la Femme (VSLA :AVEC) et COMEN pour l’engagement des hommes avec CARE Burundi se sont rendues au BURUNDI pour une échange d’ expérience. Cette activité tenue du 13 Mai au 17 Mai 2019 sur comment comment capitaliser l’ expérience des uns et des autres sur la question de mise en place des VSL a connu beaucoup des succès.Tenue d’une réunion de Briefing sur les différents projets mise en place au Burundi que nous pouvons visiter dont (GWEP/Burundi, Chaque voix Compte, Participation de la Femme, Respect Moi, Projet Win-Win/Gagna – Gagna/ Genre et Sécurité alimentaire; Projet courageux accompagnement des enfants de la rue et Maison HAP maison des jeunes pour initiatives communautaires)

A Gitega, les participants ont assisté à la présentation des activités du projet au niveau de la commune qui s’est clôturée par un théâtre sur l’engagement des hommes BATANGAMUCHO ;

A Ngozi, les invités ont visité les groupes des femmes entrepreneurs membres des AVEC qui proviennent des différentes collines ;

Après toutes les visites un atelier sur l’échange sur les activités du Projet Mawe Tatu en RDC et les différents projets de CARE Burundi. Enfin une réunion de Briefing sur les différents projets mise en place au Burundi que nous pouvons visiter dont (GWEP/Burundi, Chaque voix Compte, Participation de la Femme, Respect Moi, Projet Win-Win/Gagna – Gagna/ Genre et Sécurité alimentaire; Projet courageux accompagnement des enfants de la rue et Maison HAP maison des jeunes pour initiatives communautaires)

il ya 4 phases principales  à savoir :

  • Phase préparatoire,
  • Phase intensive,
  • Phase de développement, et
  • Phase de maturité.
  • En effet, la phase préparatoire dure deux semaines et consiste à faire des sensibilisations aussi bien des membres potentiels, que des autorités locales.
  • La phase intensive quand à elle dure 3mois et a comme activités : (*) de former les AT et AV sur l’approche AVEC+, (*) d’organiser des réunions avec les membres des AVEC+ sur les épargnes, octroi et remboursement des crédits, (*) organiser les élections des membres des comités.
  • La phase de développement a une durée longue d’une année. Cette période s’explique du fait que les membres vont beaucoup plus épargnés, prendre des crédits et rembourser. Ce qui donne le chance aux membres de prendre les crédits et les rembourser au tant de fois que possible ; jusqu’à aller même à 6fois ; contrairement à l’ancienne AVEC où les membres ne prenaient le crédit que 2 fois au maximum.

En termes d’activités, il s’agit ici de renforcer des capacités des membres des AVEC+ en mettant plus l’accent sur les thèmes transversaux.

Deux approches sont maintenues quand à ce :

  • Passer AVEC par AVEC pour les informer sur la formation  les thèmes transversaux qui doivent fugurer dans les RI des AVEC+. Les AT ont l’obligation d’informer dès le début de l’AVEC+ pendant la sensibilisation que les réunions des AVEC+ ne durent que 1h30’et les membres seront capacités dans différents thèmes qui prendront un maximum de 15’ avant le début des activités du groupe.

L’approche collective (cas par cas) : elle consiste de passer dans les RAVEC et voir comment on peut regrouper les membres des AVEC ensembles avec les autorités locales pour dispenser les thèmes transversaux.